Etre ou devenir médium: explication de ce don de voyance

Le don de médiumnité est inné, il ne s’apprend pas. Parfois, il est héréditaire et il suffit de le pratiquer assez souvent afin de devenir médium et de le développer. Rares sont les personnes qui avouent posséder le don de médiumnité, par souci de protéger un secret ancestral ou encore par peur des moqueries et autres ironies à propos de ses dons de clairvoyance.

Comment devenir médium


C’est posséder en soi une capacité exceptionnelle. Généralement, ce don se manifeste dès l’enfance et se voit renforcé pendant l’adolescence. La plupart des personnes qui disposent de cette capacité ont du mal à les décrire et à les expliquer. Ils préfèrent dire qu’ils arrivent à avoir des visions, des images floues au début et qui se veulent de plus en plus précises par la suite. Dans la majorité des cas, les images s’imposent au médium sans qu’ils puissent en discerner l’origine et en tirer une explication probante. Bon nombre de personnes pensent intimement que les visions que peut avoir un médium sont agréables, mais ils ont tout faux. Ces moments où ils perçoivent des images sont assez dérangeants et franchement très troublants. Et une fois que les visions ne s’avèrent pas être juste des intuitions, mais qu’ils se produisent en vrai alors, cela peut être pire. Les visions deviennent alors des poids que l’on doit assumer. Pour les esprits encore jeunes, se voir assailli par de telles prémonitions n’est pas très rassurant. Pendant leur enfance et leur adolescence, beaucoup de médium trouvait que leur « anormalité » est un fardeau dont ils se passeraient bien.

Ce genre d’expérience présente deux issues : soit la personne renie ses capacités et perd peu à peu sa faculté à avoir des visions prémonitoires, soit-elle s’accroche et essaye de les comprendre et de mieux les maitriser. Les visions sont variées et elles deviennent souvent récurrentes. À cette étape, l’hôte involontaire commence à comprendre qu’elles sont tenaces et que pour mieux vivre avec, il faut les accepter et essayer d’en comprendre l’importance. Si la personne arrive à accepter ses capacités, alors il verra les messages comme un vrai don qui lui permettra de voir l’avenir, d’aider son entourage et d’appréhender au mieux les événements à venir. Une fois qu’il arrive à comprendre qu’il est l’intermédiaire par qui passent les messages alors il peut développer ses capacités et les exploiter au maximum.

Pratiquer le voyance grâce a son don de médium

Dans la pratique de la médiumnité, il existe certains objectifs à atteindre, et ce, par le biais de supports différents. La divination est la méthode la plus répandue, elle permet d’aider et de guider une personne vers son chemin de vie, tout en lui indiquant des pièges qu’il devrait éviter et des opportunités qu’il pourrait saisir. La divination est la capacité propre de chaque médium. Ses visions sous forme de flash l’aiguilleront dans ses analyses et ses prédictions. Le spiritisme est aussi un domaine où exercent beaucoup de médiums confirmés. Le fait de pouvoir communiquer avec les défunts n’est pas donné à tout le monde. D’ailleurs, il faut savoir que leur capacité psychique est tellement développée qu’il leur est plus facile que pour d’autres d’établir une communication avec l’au-delà.

Les supports de voyance pour le médium

Les supports les plus utilisés par les médiums varient selon la méthode de divination qu’ils ont choisie. Les moyens les plus connus sont sans aucun doute les cartes ou la tablette de Oui-Ja. Les cartes sont généralement des tarots divinatoires, ils permettent de disposer d’informations intéressantes qui aident le médium dans ses analyses. De son interprétation des messages qu’envoient les cartes découleront ses prévisions.

Le Oui-ja est quant à lui, une planchette en bois où sont gravées les lettres de l’alphabet latin, les dix chiffres arabes et les termes « oui » et « non ». Il est souvent employé par les médiums pendant les séances de spiritisme. En ayant recours à ce genre de support, le médium, en épelant les mots de son intervention, peut appeler un esprit et l’amener à se manifester. Par ailleurs, il est possible de faire appel aux esprits de manière plus directe.

L’écriture automatique en est un exemple très probant. Elle permet de recevoir des messages par transcommunication. Ce genre de méthode permet au médium de partager des messages venants de personnes disparus ou encore d’établir une communication avec l’invisible.

Il existe des cas assez rares où le médium soit en lui-même l’instrument des esprits. Ces derniers vont se servir de lui comme un intermédiaire par qui ils vont passer leurs messages ou se manifester. Parfois, il peut même obtenir de nouvelles capacités via cette méthode peu orthodoxe. Dans ce genre de situation, le médium est alors comme « possédé ». Ils sont dans une sorte de transe et se mettent à parler dans des langues qui leur sont inconnues. Une fois la transe passée, ils ne se souviennent plus, ni de ce qu’ils viennent de vivre ni de ce qu’ils ont dit.

Les dangers de la pratique médiumnique

Devenir médium n’est pas un jeu et ce n’est pas donné à tout le monde. S’il n’est pas inné, l’apprentissage pour le devenir s’avère ardu et requiert l’encadrement de personnes qui ont de l’expérience dans le domaine et qui en connaissent toutes les risques s’y rattachant. Devenir médium, c’est accepter ses capacités, mais aussi savoir les utiliser au mieux. Il convient de noter que même si les entités de l’au-delà peuvent être animées de bonnes intentions à l’égard des vivants si elles sont respectées, il n’est pas rare qu’ils soient tout aussi dangereux.

Les médiums ont traversé les siècles et ont su faire perdurer leur art. Devenir médium, c’est vivre avec don immortel et unique. C’est aussi savoir percevoir ce que nous dit l’au-delà, d’interpréter au mieux leurs messages et leurs conseils et d’en faire bon usage.

Comments are closed.